avantages

La ville de Lausanne précise ce qu’est un cadeau

Après les dérives de certains élus romands en matière d’avantages et de notes de frais, la ville de Lausanne joue la transparence. Elle dévoile la liste de ses voyages et ajuste son règlement sur les cadeaux

Interpellée par les Verts et le PLR au sujet de ses voyages à l’étranger et des règles en matière de cadeaux, la municipalité de Lausanne a joué la carte de la transparence: elle a dévoilé mercredi la liste de ses voyages et leur coût. Si cette publication n’est pas volontaire, «nous n’avons pas de problème à le faire», souligne le syndic Grégoire Junod.

En termes de frais de voyage, les sept membres de l’exécutif lausannois ont coûté 22 036 francs en 2017. Un chiffre qui peut paraître modeste par rapport aux 120 000 francs de leurs homologues genevois. Grégoire Junod et Oscar Tosato se sont rendus sept fois à l’étranger pour respectivement 7049 et 7996 francs en transports et hébergement, plus 779 et 238 francs en appels internationaux.

Billet d’avion remboursé, mais pas le taxi

Pour leurs frais de représentation, les municipaux ont droit à une indemnité forfaitaire annuelle de 10 000 francs, versée avec leur revenu imposable. Les déplacements en transports publics (demi-tarif 1re classe), les billets d’avion en classe économique ou en classe économique supérieure pour les trajets de plus de six heures et les nuits d’hôtel sont remboursés. En revanche, un édile qui utilise sa propre voiture n’est pas remboursé. Idem pour la location de voiture, le taxi et les repas en Suisse et à l’étranger.

Les coûts de téléphonie ne sont pas pris en charge, mais chacun des membres de la municipalité peut souscrire un abonnement à hauteur de 26 francs par mois – un montant déduit du salaire. Les conseillers peuvent ainsi appeler, recevoir des messages et «surfer de manière illimitée, à titre professionnel ou privé, sans surcoût en Suisse», selon le communiqué de la ville. Toutefois, des «forfaits temporaires adaptés sont conclus pour la durée du déplacement pour limiter les coûts» lors de voyages à l’étranger.

Un petit cadeau de 300 francs

Quant aux avantages et cadeaux, la ville de Lausanne n’avait jusqu’ici pas de directive en la matière, explique Grégoire Junod. Le règlement stipulait simplement que les membres de l’exécutif ne pouvaient accepter que des dons et avantages «conformes aux usages sociaux et de faible importance». Mais cette «faible valeur» n’était pas définie. Cela est chose faite depuis le 15 novembre. Une réaction aux nombreuses révélations sur des élus qui se sont vu payer leurs voyages? «Nous nous sommes largement inspiré de la directive que le canton vient d'édicter sur les cadeaux», répond le syndic.

Désormais, la valeur de ces avantages ne doit pas excéder «un montant de l’ordre de 300 francs», dit le communiqué. Une grandeur approximative? «Si un municipal devait recevoir un cadeau matériel dont sa valeur est estimée supérieure, il devrait le signaler au secrétariat municipal. L'usage veut que ces cadeaux restent propriété de la Ville», dit Grégoire Junod. Ces objets sont en effet stockés dans un dépôt. Les dons en espèces sont, eux, prohibés.

Publicité