Départ

La Ville ne veut plus du directeur de la Bibliothèque de Genève

Le Belge Alexandre Vanautgaerden est prié de quitter ses fonctions suite à la publication d’un rapport de la Cour des comptes, qui n’exonère pas la municipalité

Des rapports de confiance rompus entre le directeur et son personnel, un manque de contrôle et de réactivité de la Ville de Genève. En très résumé, voilà les conclusions du rapport n° 133 de la Cour des comptes genevoise portant sur la Bibliothèque de Genève (BGE), dont la Ville a la responsabilité – en l’occurrence, le conseiller administratif Sami Kanaan, chargé de la culture et des sports. La BGE, quatrième bibliothèque de Suisse en termes de documents à disposition (7,3 millions), compte 103 collaborateurs.

Le magistrat socialiste a annoncé la suspension du directeur de l’institution, le Belge Alexandre Vanautgaerden, à l’issue de la publication du rapport, ce vendredi matin.

Le directeur avait pris ses fonctions il y a un peu plus de 5 ans. La crise à la BGE a éclaté peu après: dès 2013, 18 membres du personnel ont fait appel au service municipal destiné à l’appui psychologique des fonctionnaires au travail.

Vingt et une recommandations

C’est finalement en mars 2017 que la Cour des comptes avait été saisie par Sami Kanaan. Les magistrats de l’organe de contrôle avaient également reçu des doléances détaillant les dysfonctionnements à l’intérieur de l’institution. La Ville n’est pas épargnée par le document, qui pointe le retard avec lequel le département de tutelle a réagi aux doléances des employés, ainsi que le manque de contrôle qu’il exerce sur l’institution.

Les 21 recommandations émises laissent songeur. Dans la première, la Cour recommande à la direction de la BGE «d’établir un document fondateur synthétique qui précise notamment une vision d’avenir» pour l’institution. Les numéros 19, 20 et 21 sont, dans un langage juridique, des reproches au Département de la culture et des sports (DCS). «Il conviendra pour le DCS de prendre les mesures appropriées visant à protéger la santé des collaborateurs […] en s’assurant que les comportements inappropriés n’aient plus cours au sein de la BGE», peut-on notamment y lire. La conclusion des auditeurs est ferme: «La Cour recommande au DCS d’accompagner la BGE dans les meilleurs délais afin de rétablir un climat de travail approprié et serein.»

Publicité