Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
La maire de Zurich, Corine Mauch, lors d’une conférence de presse le 28 février dernier.
© KEYSTONE/WALTER BIERI

Cohésion

Les villes s’érigent en foyers de l’innovation sociétale

La maire de Zurich, Corine Mauch, s’associe à neuf autres maires pour lancer une nouvelle Exposition nationale. L’occasion pour la Suisse, dit-elle, d’affronter les défis d’avenir et de resserrer ses liens

Cet article fait partie de l'édition spéciale «Les femmes font Le Temps», écrite par une cinquantaine de femmes remarquables, et publiée lundi 6 mars 2017.


Il y a tout juste deux semaines, le président autrichien Alexander Van der Bellen était de passage en Suisse. A la recherche du secret du succès helvétique, il s’est intéressé tout particulièrement à la force d’innovation de notre pays. Ses visites l’ont mené à Bâle, sur le site de l’entreprise Roche, puis à l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich.

Comment voulons-nous vivre ensemble?

Oui, l’innovation a pris une importance cruciale pour la Suisse au cours des dernières années. De multiples exemples le prouvent. Mais cette capacité à développer de nouveaux modèles, de nouvelles techniques, ne doit pas se limiter à la technologie et à la science. Nous devons nous montrer innovants en tant que société et répondre à cette question: comment voulons-nous vivre ensemble? Car la qualité de notre cohabitation constitue le socle de notre succès, en tant que société.

A ce titre, j’estime que les villes sont un lieu d’innovation aussi bien économique que sociale. C’est pourquoi, avec d’autres maires des villes de Genève, Lausanne, Berne, Bienne, Bâle, Lugano, Lucerne, St-Gall et Winterthour, nous étudions l’idée d’une nouvelle Exposition nationale, qui s’occuperait précisément de ces questions. Un tel événement permettrait aux dix plus grandes villes de Suisse d’échanger avec le reste du pays.

Précieuse diversité

Car la Suisse est un alliage unique des plus divers éléments. Quatre langues, de multiples traditions et mentalités, plusieurs religions, des régions urbaines et rurales. Mais aussi, des jeunes, des vieux, des riches, des pauvres, des personnes nées ici et des immigrés. La Suisse, c’est tout cela à la fois.

Chaque jour, quelque 250 000 personnes viennent à Zurich pour travailler, se former ou se divertir. Comment permettre à tous de vivre ensemble de la meilleure manière? Cette question a toujours été au cœur des préoccupations des villes. Leurs habitants partagent un espace restreint. Ils convergent de partout et imprègnent leur environnement, qu’ils transforment en pôle d’échanges culturels et économiques. Les villes sont à la fois berceau et pionnières de l’évolution.

Société en mutation

D’autant que la Suisse change à toute vitesse. Nous avons traversé une crise financière globale. L’interconnexion digitale et économique ne cesse de progresser. La migration et l’érosion des ressources vont transformer profondément notre quotidien professionnel et familial. Que signifient ces changements pour notre pays? A quel mode de vie aspirons-nous dans notre patrie, comment cohabiter?

Depuis la première édition de 1883, les expositions nationales ont offert à chaque génération de Suisses une occasion de se confronter au passé et au présent de leur pays. La génération actuelle mérite aussi son Expo. Ce serait l’occasion de créer quelque chose ensemble, dans le respect de l’environnement, et d’aborder les changements comme une chance: c’est dans cet état d’esprit que nous voulons inviter la Suisse à se questionner sur elle-même. Car c’est ainsi qu’elle est devenue un pays capable de faire face aux défis posés par l’avenir.

Lire aussi: Corine Mauch: «Être maire, ça se construit sur le terrain»

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a