Vincent Ducrot a repris la direction des CFF des mains d’Andreas Meyer le 1er avril, en pleine crise du coronavirus. Il a choisi le cadre des ateliers d’Yverdon-les-Bains pour marquer les cent premiers jours passés à la tête de l’opérateur national. C’est une manière de rendre hommage au personnel, qui occupe une place très importante dans sa stratégie.

«Développer le personnel, c’est mon dada», a-t-il déclaré en annonçant un programme de recrutement et de formation de mécaniciens de locomotive. Il y avait pénurie. La situation reste tendue cet été. Mais la crise économique facilite les possibilités d’engagement. A l’automne, 340 mécaniciens seront en formation, ce qui représente 10% de l’effectif. Il souhaite aussi qu’ils soient familiarisés avec plusieurs types de véhicules et puissent être engagés aussi bien sur le réseau grandes lignes que sur les RER.