La décision était très attendue, c'est désormais officiel: la conseillère nationale valaisanne Viola Amherd (PDC) sera candidate à la succession de Doris Leuthard au Conseil fédéral.

Lire aussi: Conseil fédéral: en attendant Viola Amherd

Viola Amherd se déclare par un communiqué de presse en raison d’une hospitalisation suite à des calculs rénaux. Présidente du PDC haut-valaisan, Franziska Biner précise que Viola Amherd n’est actuellement pas en mesure de s’exprimer en public: elle se présentera devant les médias en novembre.

Agée de 56 ans, la Valaisane est considérée comme une candidate sérieuse pour succéder à Doris Leuthard au Conseil fédéral. Avocate de formation, elle a commencé sa carrière politique en 1992 avec une élection à l’exécutif communal de Brigue (VS). Elle accède à la vice-présidence de la ville en 1996, puis à la présidence en 2000, poste qu’elle occupe jusqu’en 2012.

Elle est élue au Conseil national en 2005, en remplacement de Jean-Michel Cina élu au Conseil d’Etat valaisan. Malgré une certaine discrétion, elle apparaît en 18e place des parlementaires les plus influents, selon un classement établi en 2017 par la Sonntagszeitung.

Quatre candidats en lice

Mais la conseillère nationale a essuyé une première salve il y a deux semaines. Le Walliser Bote a dévoilé une condamnation par un tribunal civil de l’hoirie du père de la conseillère nationale composée d’elle-même et de sa soeur. L’hoirie aurait encaissé des loyers trop élevés durant plusieurs années au détriment d’une ancienne filiale du groupe Alpiq. L’hoirie a été condamnée à rembourser, jugement contre lequel elle a fait appel.

Lire également: Des candidats en moins pour le Conseil fédéral

Quatre candidats du PDC sont désormais en lice pour briguer la succession de Doris Leuthard. A la conseillère nationale valaisanne s’ajoutent le conseiller aux Etats zougois Peter Hegglin, nommé mercredi dernier par son parti cantonal, la conseillère nationale bâloise Elisabeth Schneider-Schneiter, intronisée jeudi tout comme la conseillère d’Etat uranaise Heidi Z’graggen.

Sept autres noms de prétendants possibles ont circulé ces dernières semaines. Tous ont renoncé à se porter candidat, le dernier en date a été le président du PDC suisse et conseiller national Gerhard Pfister (PDC/ZG). La semaine dernière, le conseiller aux Etats Pirmin Bischof (PDC/SO) avait annoncé son refus. Stefan Engler (PDC/GR), Martin Candinas (PDC/GR), Andrea Gmür (PDC/LU), Ruth Humbel (PDC/AG) et Daniel Fässler (PDC/AI) ont auparavant tous renoncé à se porter candidats.