Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Le violent orage qui s'est abattu sur la ville de Sion lundi a laissé des traces.
© ANDREAS ROSAR/KEYSTONE

intempéries

Le violent orage de lundi a laissé des traces à Sion

Plus de 170 personnes étaient encore engagées mardi dans des opérations de pompage et de nettoyage dans la ville. Plusieurs bâtiments de l'Etat du Valais ont été touchés par les inondations. Le montant des dégâts ne peut pas encore être chiffré

Le violent orage qui s’est abattu sur la ville de Sion lundi a laissé des traces. Une vingtaine de bâtiments du canton ont été touchés, en particulier celui de l’administration fiscale, mise au chômage technique pour une semaine.

L’essentiel de la ville a retrouvé son visage habituel mais quelques rues et passages souterrains sont encore fermés pour des opérations de pompage et de nettoyage. Malgré sa violence, l’orage n’a occasionné que des dégâts matériels, a indiqué à Keystone-ATS le chef de la sécurité publique de la ville de Sion, Bernard Sermier. Plus de 170 personnes restaient engagées mardi pour évacuer l’eau et les restes de boue dans les rues.

L’Etat du Valais n’a pas été épargné. Un peu plus d’une vingtaine de ses bâtiments ont été touchés par les inondations de manière plus ou moins importante. Parmi les plus concernés figurent le bâtiment du Service des contributions, le palais du gouvernement, le collège de la Planta et le bâtiment «Aymon» sur la place de la Planta. La majorité des sites ont pu être nettoyés. Mercredi, les canalisations vont être curées et les systèmes électriques contrôlés. La remise en état se poursuivra ces prochains jours.

Chômage technique

Le bâtiment du Service des contributions est le plus touché. Son sous-sol, sur l’avenue de la Gare, a été inondé, obligeant à couper l’électricité. La masse d’eau a atteint jusqu’à 1m50.

Les 140 collaborateurs qui travaillent dans ce service sont au chômage technique jusqu’à lundi prochain, date à laquelle le public pourra à nouveau se rendre à l’administration cantonale des impôts. Le pompage et le nettoyage a duré toute la nuit, mais l’alimentation électrique du bâtiment ne pourra pas être rétablie avant plusieurs jours.

L’eau infiltrée a causé des dommages mineurs aux archives du service. Toutefois, il est possible de récupérer les documents touchés. Par contre, les serveurs informatiques n’ont pas été affectés par l’infiltration d’eau, tout comme les déclarations d’impôts.

Plus de 200 interventions

Lundi vers 18h, il est tombé en moins d’une heure 50 millimètres de pluie au mètre carré, soit l’équivalent d’un dixième de la quantité de pluie annuelle moyenne à Sion. Les eaux se sont engouffrées dans la ville par le nord et les rues en pente se sont rapidement transformées en rivières.

La police a recensé plus de 1200 appels aux numéros 117 et 118. Les pompiers ont dû intervenir à plus de 200 reprises. Le calme est revenu vers 21h. Pour la ville de Sion, environ 150 demandes d’intervention ont été adressées. Nombre d’entre elles sont encore en cours, a précisé M. Sermier.

Les pompiers de Sion sont engagés, aidés par les pompiers des communes voisines. Ils sont épaulés par la police communale, la protection civile et la voirie de la ville pour des opérations de nettoyage et de pompage depuis lundi soir. De nouveaux renforts étaient attendus mardi dans l’après-midi.

Trafic routier rétabli

La priorité est donnée aux voies de circulation et aux immeubles inaccessibles. Les deux parkings souterrains de la ville sont praticables. Un passage sous-voie était toujours inaccessible. Selon les autorités, la situation devait se normaliser d’ici à la soirée de mardi. Le montant des dégâts ne peut pas encore être chiffré.

Le trafic routier est également rétabli ailleurs dans le canton. La route du Grand-Saint-Bernard et celle entre Vex (VS) et Euseigne (VS) avaient été obstruées par des coulées de boue et de roche. Ces axes sont à nouveau praticables.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a