Les temps sont durs, entend-on souvent, mais les heures festives n’ont pas disparu pour autant. Deux années de covid ponctuées de quelques phases de confinement, une guerre secouant les marchés et les esprits, l’inflation qui est de retour, sans parler des prédictions climatiques et énergétiques pour quelques maux de tête. Vitalie Taittinger a tremblé pour chacune de ces causes. Elle qui a repris avec son frère Clovis l’entreprise familiale en janvier 2020 ne pouvait pas imaginer que ces scénarios, tous plus pessimistes pour l’économie les uns que les autres, allaient venir piétiner ses premières années de présidence.