Lu ailleurs

Les voix des jeunes doivent-elles compter double? 

Dans un climat marqué par le vote sur le Brexit, et des interrogations sur le vieillissement, la socialiste zurichoise Jacqueline Fehr lance une idée: et si les votes des 18-40 comptaient double?

Cette fois, l’avis ne vient pas d’une obscure officine ou d’une personnalité vaguement azimutée. C’est la conseillère d’Etat, et conseillère nationale, zurichoise (PS) Jacqueline Fehr qui évoque l’idée d’un bonus jeunesse en matière de vote. Lors d’un scrutin, les voix des 18 à 40 ans pourraient peser double, de façon à surpondérer sciemment une partie de la population, et des votants, qui va se raréfier, comme l’indiquent toutes les projections démographiques.

Jacqueline Fehr a lancé son coup de sonde sur Facebook, réagissant à un article de presse. Elle propose aux jeunes de se mobiliser en faveur d’une telle mesure, voire de lancer une initiative.

La démarche suit le scrutin anglais sur le Brexit, dont les premiers sondages à la sortie des urnes ont laissé entendre que les plus jeunes ont plébiscité le maintien dans l’UE. En somme, l’opinion de ceux qui sont durablement concernés par le vote aurait été étouffée par les plus âgés, de facto moins concernés.

A ce propos: Les baby boomers crucifient l’avenir des jeunes Britanniques

Les aspirations à un bout, l’expérience à l’autre

C’est cette différence de perspective que Jacqueline Fehr détaille au Tages-Anzeiger. Les jeunes raisonnent davantage en tenant compte de la mobilité, géographique comme sociale, et de la durée, argue-t-elle. Questionnée sur la sagesse et l’expérience des aînés, elle contrebalance: oui, à ce stade, il y a l’acquis de l’existence, voire une certaine sagesse, mais les plus jeunes apportent «des objectifs, des aspirations». Ces visions du monde sont «équivalentes». Toutefois, leur expression démocratique serait biaisée par le nombre croisant des seniors. La ministre cantonale et députée précise même sa suggestion: les 18 à 40 ans auraient deux voix, les 40 à 65 ans, 1,5 vote, et les plus de 65 ans compteraient pour un scrutin.

Jacqueline Fehr s’empresse de préciser qu’elle ne croit guère à la viabilité politique, et juridique, de cette hypothèse. Il se pose un évident problème d’égalité devant l’urne. Elle signale donc d’autres pistes, comme l’abaissement du droit de vote à 16 ans, ou l’ouverture de ce droit aux étrangers, qui apporteraient des voix fraîches.

Avenir Suisse tremble face à la «gérontocratie»

L’intervention prudente, mais remuante, de la socialiste zurichoise avive un débat croissant, rendu brûlant par la décision britannique. Le think tank Avenir Suisse a récemment publié une étude sur les effets du vieillissement, comportant un chapitre politique: «Sur la voie de la gérontocratie?» – la forme interrogative est rhétorique.

 

L’auteur écrit qu’«avec un taux de fécondité de 1,5 enfant par femme, chaque génération plus jeune en âge de voter sera plus petite que la génération précédente, qui se trouve juste avant la retraite. La démocratie directe n’a jamais été mise à l’épreuve» à une telle gravité. Les analystes libéraux plaident pour une plus grande éducation civique, et évoquent l’idée d’un droit de vote des enfants, dès leur naissance, qui serait en fait exercé par les parents: cela contraindrait ces derniers à penser à long terme, espèrent les experts.

Lire aussi notre éditorial de lundi:  Le Brexit et la «dictature des vieux»

Publicité