Sondage

Vos idées pour améliorer notre système politique

Faites-nous part de vos propositions, concrètes ou utopiques, afin de faire évoluer les institutions suisses

En 2018, Le Temps célèbre ses 20 ans. Au cours de cette année, le journal se consacre à sept causes. La dernière, que nous défendons ces prochaines semaines, parle de la Suisse en tant que laboratoire de la démocratie. Pour que cet engagement soit entier, il nous tient à cœur de nous prêter à un exercice démocratique mettant nos lectrices et lecteurs à contribution.

La Suisse est volontiers considérée comme un modèle, avec son système politique basé sur le fédéralisme et la démocratie semi-directe, auxquels la population est largement attachée. Certaines difficultés n’en ont pas moins été repérées, qui, à défaut de solutions, peuvent être source de frustrations croissantes. Les dernières années ont ainsi mis en évidence les difficultés du pays à mener à bien de grandes réformes, tandis que la classe politique traditionnelle semble prise de vitesse par la société civile et les réseaux sociaux. On peut citer aussi le trop faible poids de la Suisse urbaine dans le système actuel et un taux de participation qui reste faible – signe de défiance de la population envers les élites?

Aménagements concrets ou visions utopiques, nous faisons appel à vos propositions pour améliorer les institutions de notre pays. Nous avons identifié quatre grands domaines dans lesquels une action est possible. Faites-nous part de vos idées!

La parole vous est donnée ci-dessous jusqu’au dimanche 21 octobre.

Les idées les plus prometteuses feront l’objet d’un article dans lequel leurs auteures et auteurs seront invités à s’exprimer plus en détail.


 

■ Voter, encore et toujours

Les citoyens suisses sont appelés aux urnes tous les trois mois environ. Est-ce trop? Pas assez? Le fait que la participation ne dépasse que rarement les 50% est-il en soi problématique?

■ Réformer le fédéralisme

En Suisse, les différents pouvoirs sont répartis entre communes, cantons et Confédération. Ce système de représentation est-il encore d’actualité, à l’heure où beaucoup de villages peinent à trouver du personnel politique? Doit-on par exemple donner davantage de pouvoir de décision aux villes, où vivent près de 75% de ses habitants?

■ Transparence, la Suisse en retard

La Suisse est l’un des rares pays d’Europe à ne pas disposer de loi sur le financement de l’activité politique. Doit-on savoir qui donne de l’argent aux partis et parlementaires, que ce soit aux niveaux communal, cantonal ou fédéral? Une personne ou une entreprise n’ont-elles pas le droit de contribuer à une cause sans que leur nom soit exposé au public?

■ Les Suisses et leurs élus

L’histoire récente a mis en évidence, en Suisse comme dans d’autres pays, une défiance croissante de la population envers ceux qui sont censés les représenter. Partagez-vous ce constat?

■ Une idée folle

Vous avez une proposition utopique pour améliorer le système politique suisse, qui n’entre pas dans les catégories définies plus haut? Une expérience intéressante à partager? Une solution pratiquée à l’étranger dont la Suisse devrait s’inspirer? N’hésitez pas à nous en faire part!

Publicité