Politique fédérale

Votation: l’ultime passe d’armes

Le 19 mai, les Suisses se prononcent sur la révision de la loi sur les armes. L’opposante Olivia de Weck, vice-présidente de ProTell, croise le fer avec la conseillère nationale Brigitte Crottaz (PS/VD) sur la réforme et ses répercussions politiques potentielles 

Les derniers sondages n’ont pas dû réjouir les défenseurs des tireurs. Autant Tamedia (57%) que SSR/gfs.bern (65%) prédisent une victoire pour la révision de la loi sur les armes, en votation populaire le 19 mai. Cette réforme découle d’un développement du droit de l’Union européenne, que la Suisse doit reprendre en vertu des accords de Schengen/Dublin, et introduit des contraintes pour les détenteurs de certaines armes. Duel entre l’opposante Olivia de Weck, vice-présidente de ProTell, société pour un droit libéral sur les armes, et Brigitte Crottaz, conseillère nationale socialiste (VD).

La loi révisée sur les armes se destine notamment à la lutte contre le terrorisme. N’est-ce pas irresponsable, de la part des référendaires, de plaider pour le non, suite aux attentats meurtriers de Paris en 2015?