«J'en ai eu assez d'entendre les absurdités de certains politiciens sur les questions d'environnement. Je ne peux pas laisser dire qu'on a besoin de deux centrales nucléaires en Suisse, par exemple. C'est pour ça, essentiellement, que j'ai accepté de me présenter dans la course au Conseil national.»

Arnaud Zufferey, jeune ingénieur sierrois, diplômé en informatique et au bénéfice d'un master d'études avancées en environnement de l'EPFL, est encore un brin timide. Il lui manque l'intrépidité des experts de la poignée de main. Mais c'est un «bleu» qui s'assume. Son truc à lui, dans la campagne, c'est de s'affirmer par le verbe, d'honorer son rang dans les débats.

Conseiller général à Sierre depuis un an à peine, il y avait remplacé au pied levé une jeune politicienne qui siégeait à la commission de l'environnement. Un bon motif pour mouiller sa chemise dans les rangs d'un législatif. Rien d'autre, en somme, que l'occasion d'établir un lien entre les connaissances scientifiques et l'action sur le terrain. «Je trouvais qu'il y avait un tel écart entre ce que j'ai appris à l'école polytechnique et ce qu'on fait concrètement pour changer les choses. Or c'est précisément au sein des collectivités publiques que l'on peut agir. J'espère simplement y amener un peu de mes compétences. Idem durant la campagne.»

Son potentiel et sa capacité à mobiliser, Arnaud Zufferey les a déjà démontrés par son militantisme dans plusieurs dossiers régionaux et son implication dans des associations de défense de la nature à l'échelle nationale.

Il a surtout fait parler de lui par son combat pour l'obscurité. Autrement dit, la lutte contre la pollution lumineuse, un phénomène qu'il a largement contribué à médiatiser en Suisse romande. Il est le vice-président de l'association Darksky, qui combat les effets néfastes de l'éclairage public intensif sur la nature et sur l'homme.

Il est également à l'origine de Cohabiter avec la nature (http://www.cohabiter.ch). Cette association offre une plateforme de vulgarisation sur les grands thèmes du développement durable, de l'eau à l'énergie en passant par les déchets et la mobilité.