Vaud

Voyages de Pascal Broulis en Russie, le ministère public lance des investigations préliminaires

Suite à l’interpellation de trois élus de la gauche radicale, le procureur général a indiqué jeudi que les voyages du conseiller d’Etat vaudois et leur contexte «doivent faire l’objet d’investigations»

Après avoir été interpellé par des élus vaudois sur des voyages du ministre Pascal Broulis en Russie, le procureur général estime que des investigations préliminaires doivent être effectuées. 

Mercredi, dans un courrier au procureur général, trois élus vaudois de la gauche radicale avaient fait état de soupçons entourant «des voyages en Russie de M. le conseiller d'Etat vaudois Pascal Broulis aux côtés de M. Frederik Paulsen», précise le communiqué du Parquet.

Lire aussi: Le parquet vaudois interpellé sur l’affaire des voyages controversés de Pascal Broulis

Après un premier examen des faits et la prise en considération des réponses données par le Conseil d'Etat au Grand Conseil mardi, le procureur général Eric Cottier estime que «des investigations préliminaires doivent être effectuées dans le but de déterminer si une instruction, au sens formel et procédural du terme, se justifie».

Soupçons d'acceptation d'un avantage

Les auteurs du courrier, à savoir Claude Calame, Pierre Conscience et Alain Gonthier, «suggèrent que les statuts fiscaux de Frederik Paulsen et de l'entreprise Ferring, présentée comme étant sa propriété, pourraient avoir un lien avec la relation qu'entretiennent le ministre et l'homme d'affaires vaudois», précise le communiqué.

Plus particulièrement, les auteurs de la lettre mettent en évidence l'éventuel financement par le second des voyages en Russie qu'il a faits avec le premier, qui pourrait selon eux être constitutif de l'infraction d'acceptation d'un avantage au sens du Code pénal.

Lire également: Nouvelle polémique pour Pascal Broulis

Pascal Broulis se dit calme et serein

Dans une note aux médias diffusée mercredi, Pascal Broulis répète qu'il a participé «durant ses vacances et à ses frais à des voyages privés organisés en Sibérie par M. Eric Hoesli. M. Paulsen a participé à certains de ces voyages et je ne lui suis redevable de rien».

Le conseiller d'Etat précise qu'«à aucun moment, il n'a été en contact avec le dossier fiscal de M. Paulsen. Une note expresse de l'administration des impôts l'a confirmé aux membres du Conseil des Etats», écrit-il.

Le chef des finances cantonales rappelle qu'il a fait la connaissance de M. Paulsen en 2009. L'accord fiscal accordé à Ferring remonte à 2002, pour la période 2006-2015. Il a été signé par son prédécesseur, Charles Favre, a-t-il précisé à Keystone-ATS. Il se dit «calme et serein» face à cette attaque.

Lire: Un mystérieux milliardaire vaudois à la conquête des pôles

Publicité