Il n’est pas question de répercuter les pertes financières des transports publics sur les usagers. Président de l’Alliance SwissPass, Bernard Guillelmon a insisté mercredi sur la nécessité de redonner confiance aux voyageurs de monter dans un train, un tram ou un bus. «Nous avons décidé à fin avril de renoncer à une hausse générale des tarifs», résume le président de l’association qui gère désormais les questions liées aux prix et aux titres de transport.

Lire aussi: Des millions d’aide pour les transports publics

Ainsi, malgré les pertes de recettes provoquées par la pandémie, les tarifs des CFF n’augmenteront pas en décembre prochain. Combien la branche a-t-elle perdu d’argent entre mars et juin? Il est trop tôt pour faire un calcul précis. Mais l’Alliance SwissPass avance quelques chiffres. Ces trois derniers mois, les entreprises de transports publics ont perdu près de deux tiers de leur chiffre d’affaires. La vente de billets à l’unité a chuté de 60%. Le nombre d’abonnements généraux pourrait diminuer de 6% (115 millions en moins) et les demi-tarifs de 1%. Pour l’ensemble de l’année, elles s’attendent à un recul de 25 à 30% des recettes totales. Celles-ci étant estimées à 500 millions de francs par mois, soit 6 milliards sur l’ensemble de l’année, les pertes pourraient atteindre 1,5 à 1,8 milliard.

Déficit abyssal attendu

Qui va payer ça? «Nous avons demandé au Conseil fédéral de clarifier cette question avec les CFF, les cantons et les communes», répond Bernard Guillelmon, qui rejoint ainsi la requête déposée par le parlement dans le cadre d’une motion. Le Conseil fédéral n’a pas apporté de réponse lors de sa séance de mercredi. La semaine prochaine, le gouvernement posera les jalons du budget de la Confédération pour 2021 et fera le point sur celui de 2020.

Les dépenses liées à la crise du Covid-19 s’élèvent déjà à 30,8 milliards. Le Conseil fédéral a ajouté mercredi un crédit de 288 millions pour la prise en charge des tests de dépistage du coronavirus, qui sera réparti sur l’année en cours et la suivante. Dans ce cadre, il devrait présenter sa stratégie visant à amortir le déficit abyssal des transports publics attendu pour l’année en cours. Les commissions des transports des Chambres prévoient de se pencher sur le sujet en août.

Suppression de l'AG étudiants

Si les tarifs n’augmentent pas en décembre, la branche propose plusieurs innovations visant à convaincre les usagers de reprendre le train. De nouvelles offres dégriffées vont être proposées. Une carte AG mensuelle sera introduite pour le prix de 420 francs en deuxième classe, de 290 francs pour les moins de 25 ans. En contrepartie, la durée minimale de l’abonnement général annuel sera portée de quatre à six mois. Les jeunes qui sont au bénéfice d’un abonnement junior recevront un rabais de 500 francs sur l’AG adulte lorsqu’ils entreront dans leur 26e année, annonce encore l’Alliance SwissPass. Cela compense la suppression, controversée, de l’AG étudiants destiné à celles et ceux qui poursuivent leurs études entre 25 et 30 ans.

Autre innovation très attendue: dès l’an prochain, les voyageurs victimes d’une perturbation du trafic qui aura duré plus d’une heure seront indemnisés, comme c’est déjà le cas dans d’autres pays. Le remboursement sera de 25% pour les retards de plus de 60 minutes pour autant que la dépense dépasse 20 francs et de 50% au-delà de deux heures pour une dépense minimale de 10 francs.