Le 21 février 1970, il y a cinquante ans, une bombe reliée à un altimètre explose dans la soute à marchandises d’un avion de Swissair à destination de Tel-Aviv, peu après son décollage de l’aéroport de Zurich. L’équipage tente de faire marche arrière, mais la fumée a déjà atteint le cockpit. C’est la fin. «We are crashing – goodbye everybody – goodbye everybody», dira le pilote Armand Etienne à la tour de contrôle à 13h34, avant que l’avion ne s’enflamme et ne s’écrase dans la forêt de Würenlingen, en Argovie, tuant les 47 passagers à son bord.

Ce vendredi, à cet endroit, s'est tenue une cérémonie organisée par Ruedi Berlinger, le fils du capitaine de l’avion décédé, Karl Berlinger, et l’ancien président de la commune Arthur Schneider, l’un des premiers à s’être rendus sur les lieux après le crash.