Le double ticket féminin s’est imposé au PDC. Après de longues délibérations, c’est la conseillère nationale haut-valaisanne Viola Amherd et la conseillère d’Etat uranaise Heidi Z’graggen qui ont emporté le droit de défendre les couleurs démocrates-chrétiennes devant l’Assemblée fédérale le 5 décembre prochain. Le conseiller aux Etats Peter Hegglin et la conseillère nationale de Bâle-Campagne Elisabeth Schneider-Schneiter n’ont pas convaincu leurs pairs. Ils sont renvoyés à leur Chambre respective.

Lire aussi: Heidi Z’graggen, l’Uranaise qui tente le grand saut

Le grand oral

L’effervescence régnait ce vendredi après-midi au troisième étage du Palais fédéral, où se sont déroulées les auditions des candidats à la candidature du PDC pour remplacer «Super Doris» au gouvernement. Si le contenu exact de leur oral n’est pas connu, ils auraient été questionnés sur leur motivation, leur loyauté envers les institutions ou encore leur capacité à gouverner de manière collégiale. Cela dans plusieurs langues. Une fois les entretiens terminés, l’attente s’est installée. Jusqu’à la première décision du groupe, annoncée sur Twitter: «Le PDC présentera un ticket à deux», pour conclure peu après d’un deuxième gazouillement: «Heidi Z’graggen et Viola Amherd seront les candidates du PDC.» Les détails du vote sont demeurés secrets.

Lire également:  Viola Amherd en sauveuse du PDC

Face à une salle de presse comble, les élues ont paru éprouvées par leur journée. Les deux femmes se sont tout d’abord félicitées d’avoir été choisies par leur parti, ont applaudi leur rivale et ont loué la bonne ambiance dans laquelle l’élection s’était déroulée. Une fois les politesses échangées, Heidi Z’graggen a exposé ses qualités de femme d’exécutif et son désir de représenter la Suisse centrale et le canton d’Uri, qui n’a encore jamais eu de conseiller fédéral. Questionnée sur son manque de réseau à Berne, elle a rendu les coups: «Je ne crois pas que ce soit un handicap, non. Et il me reste encore trois semaines pour convaincre.» Viola Amherd a ensuite démenti être la favorite, avant de souligner sa «longue expérience» sous la Coupole. La campagne pour le trône a bien démarré.

Le suspense se poursuit

Désormais candidates officielles, Viola Amherd et Heidi Z’graggen devront encore être auditionnées par les six autres groupes politiques, qui pourront à leur tour évaluer leurs aptitudes. Les quatre candidats PDC ont été fortement critiqués ces dernières semaines: manque de charisme, d’envergure politique, de capacités linguistiques. Il appartiendra aux deux femmes de montrer qu’elles sont bien à la hauteur du poste. Car si elles échouaient, il n’est pas impossible que le PDC soit mis sous pression pour proposer de nouveaux profils. «Elles sont très qualifiées et il n’y aura pas d’autre candidature», a toutefois exclu Gerhard Pfister, le président du parti.

«J’ai moi-même participé à plusieurs auditions de candidats au Conseil fédéral, je peux vous dire que j’ai déjà vu des profils largement moins compétents», a-t-il ajouté à l’attention de la presse – et à celle des autres partis. Le sprint final est lancé: à la fin, il n’en restera qu’une.