La campagne pour les élections cantonales zurichoises ronronnait. Jusqu’à ce que Chantal Galladé, 46 ans, ne dise «tschüss» au PS pour embrasser les Vert’libéraux la semaine dernière. Sa décision a électrisé la scène politique alémanique à la veille des élections cantonales zurichoises du 24 mars prochain, rendez-vous politique qui passe aussi pour un baromètre des tendances suisses. L’ancienne conseillère nationale de Winterthour, qui a incarné l’aile libérale du PS, n’est pas elle-même candidate. Mais sa défection déstabilise les socialistes à un moment crucial. Pour l’expliquer, elle invoque des différends: elle estime que le grand parti de gauche s’est trop éloigné de la ligne europhile et progressiste qui lui est chère.