Neuchâtel

Yvan Perrin, succès et chute de l’UDC neuchâteloise

Ce dimanche, le candidat Perrin n’aura pas réussi son retour. Dévastée, cette figure de l’UDC neuchâteloise quitte la politique

«Je prends congé de la politique.» Au terme d’une journée particulièrement difficile, voilà les mots qui résument la journée d’Yvan Perrin, qui échoue à sauver le siège de l’UDC – éjectée de la députation neuchâteloise à Berne – et rate sa tentative de come-back personnelle.

Lire aussi: Neuchâtel se pare de Verts

En 2003, c’est pourtant lui qui avait permis à la toute nouvelle UDC neuchâteloise de rejoindre le parlement fédéral. Pour sa première participation à un scrutin, le parti obtenait 21,5% des suffrages, Yvan Perrin était élu. Il y siégera dix ans. Mais ses démons guettent.

Lire également: Yvan Perrin se retire de la politique

En 2010, il craque, premier burn-out: ses problèmes d’alcool sont révélés au grand jour. Mais les Neuchâtelois ne le lâchent pas. En 2013, il est élu au Conseil d’Etat et devient ministre du Développement territorial. Pas très longtemps. Une année seulement après son entrée en fonction, en 2014, il démissionne avec fracas. Hospitalisé, il entame une nouvelle traversée du désert.

Lire encore: Yvan Perrin aux prises avec les rumeurs sur son état de santé

Deux ans plus tard, en 2016, c’est pourtant de nouveau la politique qui lui permettra de retrouver la foi. Aux côtés de la Genevoise Céline Amaudruz, il rejoint l’équipe de campagne de Guy Parmelin pour son élection au Conseil fédéral. Avec succès: le Vaudois est élu.

Ragaillardi par cette expérience, Yvan Perrin estime alors qu’il peut tenter, une fois de plus, de rebondir. Avec un nouvel objectif en tête: les élections fédérales de 2019. Est-il guéri? Les Neuchâtelois hésitent. Les doutes persistent. En septembre, il manque un débat organisé sur la radio régionale RTN, prétend une «confusion d’agenda». Le doute grandit.

Ce dimanche, le couperet populaire est tombé: c’est la défaite, cinglante. Le peuple ne veut plus de lui. Extrêmement ému, celui qui avait porté l’UDC neuchâteloise au parlement l’aura peut-être aussi coulée, s’attribuant à lui-même une «lourde responsabilité dans la défaite». Le parti cantonal saura-t-il, comme son leader, essayer de rebondir?

Publicité