Coautrice du récent ouvrage Désobéir pour la Terre, Clémence Demay est chercheuse en philosophie du droit à l’Université de Lausanne et achève la rédaction d’une thèse sur les mouvements sociaux. Elle rappelle que les débats autour de la désobéissance civile n’ont rien de nouveau en Suisse, et remet en question la séparation hermétique entre le pénal et politique.