La Venoge est à moins de 500 mètres et l’évacuation de la ZAD du Mormont mardi matin lui a ressemblé, dans la version de Jean Villard-Gilles: tranquille et pas bien décidée. On aurait dit une action au ralenti. L’opération a pris toute la journée et tout le monde s’est congratulé à la fin, même la Verte Béatrice Métraux. «Face à la détermination montrée par certains militants, la police a agi dans des conditions difficiles et je salue son action calme et sereine», a souligné la conseillère d’Etat vaudoise, venue clôturer une première suisse: l’expulsion manu militari de militants écologistes d’un site qu’ils occupaient depuis six mois. Mi-figue mi-raisin, la politicienne a néanmoins tenu à rappeler que «la police est intervenue sur ordre du tribunal et qu’il ne s’agit nullement d'une décision du Conseil d’Etat ou de mon département».

Lire aussi: Le syndic d’Eclépens à propos de la ZAD: «Tous ces mois, nous avons été abandonnés par le canton»