Les tensions ne s’apaisent pas entre le géant du ciment Holcim et les zadistes. Mais ce n’est cette fois pas l’exploitation de la colline du Mormont à Eclépens (occupée d’octobre 2020 à mars 2021) qui suscite l’opposition des activistes, mais les activités de la multinationale à Bretonnières. Non loin de ce petit village du vallon du Nozon, dans le Jura-Nord vaudois, la multinationale a exploité durant des décennies une gravière, jusqu’en 2015, un site en passe d’être réhabilité. Ce qui suscite l’indignation des militants, dont une délégation, emmenée par la députée Mathilde Marendaz (Solidarité & Ecologie), s’est rendue ce mardi matin sur le site pour sensibiliser le grand public sur cette reprise d’exploitation. «Ni Eclépens, ni Bretonnières. On veut la terre, pas un désert», pouvait-on lire sur une banderole déployée.