Après les images de files d’attente pour un sac de nourriture à Genève, on a vu celles des queues devant les boutiques de luxe de la Bahnhofstrasse, à Zurich. Derrière le contraste, une réalité plus nuancée. Sur les bords de la Limmat, même si elle ne se manifeste pas au grand jour, la crise a aussi exacerbé la précarité. Mais de manière plus souterraine, explique-t-on du côté des organisations d’aide.

Une fois par semaine, dans les locaux de l’association Ecole autonome, qui promeut l’éducation pour tous à Zurich, des centaines de personnes font la queue pour recevoir un sac de nourriture. Amine a mis sur pied cette aide d’urgence dès les premiers jours des mesures annoncées à la mi-mars par le Conseil fédéral.