Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire

ZURICH

Zurich perd son nouveau stade, et sans doute son Eurofoot

La municipalité a décidé de lancer une «variante de l'espoir» avec le Letzigrund, le deuxième stade de la ville, promis lui aussi à une métamorphose

Cette fois-ci, c'est au moins clair. La ville de Zurich a définitivement enterré l'idée de pouvoir accueillir l'Euro 2008 dans le stade du Hardturm. La plus grande ville de Suisse se cramponne à un dernier fétu de paille pour ne pas rester à l'écart de la grande fête du foot. La municipalité a décidé mercredi de lancer une «variante de l'espoir» avec le Letzigrund, le deuxième stade de la ville, promis lui aussi à une métamorphose complète. L'exécutif propose d'avancer et de forcer les travaux du Letzigrund, qui, moyennant des aménagements provisoires et des coûts supplémentaires d'environ 10 millions, pourrait accueillir les trois matches éliminatoires prévus à Zurich. Le moindre recours réduirait toutefois ce plan à néant.

L'Association suisse de football ne veut plus y croire. Dans un communiqué paru alors que les promoteurs du stade tenaient encore conférence de presse, elle annonce déjà qu'il n'y aura pas de match à Zurich. «L'alternative du Letzigrund ne semble actuellement pas réalisable», écrit-elle.

La municipalité de Zurich et Credit Suisse ont en effet annoncé qu'ils faisaient recours auprès du Tribunal fédéral contre la décision du Tribunal administratif zurichois. Ce nouveau délai rend désormais impossible la réalisation du nouveau Hardturm dans les temps pour l'Euro 2008. «Nous sommes très déçus, mais le stade du Hardturm reste un projet primordial pour le développement de la ville et pour nos clubs, même sans Eurofoot, et nous allons le poursuivre», a déclaré le maire Elmar Ledergerber. Credit Suisse est pour le moment encore de la partie. Mais Reinhard Giger, le responsable du projet, est clair. Une décision du Tribunal fédéral défavorable aux investisseurs pourrait amener le groupe bancaire à renoncer complètement au projet: «L'Eurofoot n'avait pas la priorité. Le stade est en premier lieu un investissement immobilier», a indiqué Reinhard Giger.

Le conflit entre riverains – l'Association transports et environnement n'est plus sur les rangs – et promoteurs portent sur les limites à fixer au trafic automobile individuel. Des chiffres clés pour calculer la rentabilité des surfaces commerciales qui entourent le nouveau stade. Credit suisse a toujours déclaré qu'il n'était pas disposé à descendre en dessous de 2,2 millions de passages par année. Les riverains offraient en dernier lieu 1,75 million, et la Ville, selon le jugement du Tribunal administratif, aurait dû fixer un plafond dans une fourchette allant de 1,3 à 2,17 millions.

Une mission impossible, a jugé la municipalité. La Ville n'a pas voulu prendre ce risque, d'autant plus que sa décision aurait ouvert la possibilité à une cascade de nouveaux recours. Pour le socialiste Martin Waser, «une telle décision a une portée générale sur l'aménagement du territoire construit. Nous restons persuadés qu'une concentration des surfaces commerciales sur les grands centres est préférable à un Los Angeles à la Suisse.» Le Tribunal fédéral est averti.

Zurich n'a pas encore abandonné tout espoir de voir rouler le ballon de l'Euro sur une de ses pelouses. La municipalité propose au parlement d'avancer d'une année les travaux du stade du Letzigrund, qui va être reconstruit à neuf pour 110 millions de francs. Les architectes ont déjà été choisis, et le premier coup de pioche pourrait être donné après le meeting d'athlétisme de l'été 2006, de manière à terminer au printemps 2008. Des installations provisoires, pour un montant de 10 millions de francs

environ, permettraient d'augmenter la capacité de l'installation pour les trois matches de l'Euro.

La procédure ne souffre toutefois aucun recours, mais la Ville a calculé qu'elle serait définitivement fixée en été 2005, après la votation populaire de toute façon nécessaire. Les représentants de la municipalité n'ont dès lors pas vraiment goûté au torpillage de leurs derniers espoirs par la Fédération suisse de football. «La FSA nous a toujours assuré que cela suffisait si le stade était utilisable au printemps 2008, nous allons reprendre les contacts. De plus aucune décision définitive ne s'impose avant l'été 2005», a déclaré Elmar Ledergerber.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a