Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
A Zurich, la possession de cannabis en petite quantité à partir de l’âge de 18 ans est désormais légale. 
© GAETAN BALLY / Keystone

Stupéfiants

A Zurich, posséder jusqu’à 10 grammes de cannabis n’est plus illégal

La police cantonale change de pratique et renonce aux amendes d’ordre pour possession de petites quantités de chanvre

A Zurich, la possession de cannabis en petite quantité à partir de l’âge de 18 ans est désormais légale. Jusqu’ici, un adulte contrôlé avec sur lui jusqu’à 10 grammes de stupéfiants était passible d’une amende d’ordre de 100 francs. Mais une récente décision du Tribunal fédéral conduit les autorités zurichoises à «adapter ses pratiques», indique la police cantonale dans un communiqué jeudi.

A l’origine de ce revirement, une décision du TF portant sur un cas survenu fin 2015 dans la ville de Bâle, qui pourrait faire boule de neige. Lors d’un contrôle, la police cantonale du canton des bords du Rhin attrape un individu majeur possédant sur lui 0,5 gramme d’herbe et 0,1 gramme de haschich. Le Ministère public cantonal ouvre une procédure pénale, qui aboutit à une amende de 200 francs, à laquelle s’ajoutent 100 francs de coûts de procédure. L’individu fait recours, jusqu’au Tribunal fédéral.

La décision des autorités bâloises jugée «excessive»

Les juges lausannois livrent leurs conclusions le 6 septembre dernier: la décision des autorités bâloises est «excessive». La possession de cannabis pour sa propre consommation n’est pas punissable en dessous de 10 grammes, précisent-ils en substance, se basant sur l’article 19b de la loi sur les stupéfiants (LStup). Les magistrats de Zurich et de Winterthour ont aussitôt réagi en annonçant mercredi l’abandon des amendes d’ordre pour possession de petites quantités d’herbe. Jeudi, c’est au tour de la police cantonale d’annoncer une «adaptation de sa pratique».

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a