Leader de la résistance, John Connor envoie le sergent Kyle Reese dans le passé pour protéger sa mère, Sarah, et préserver l'avenir de l'humanité. Des événements inattendus provoquent une fracture temporelle, produisant un passé alternatif, lequel intègre toutefois quelques figures connues, comme des robots mercuriels et des «I'll be back». En 1984, James Cameron fondait une mythologie avec Terminator, dans lequel un cyborg venu du futur cherche à éliminer la mère du futur résistant au pouvoir des machines. Ont suivi Terminator 2: Le Jugement dernier (1991), puis deux suites tardives connaissant un accueil critique mitigé, Terminator 3: Le Soulèvement des machines (2003) et Terminator Renaissance (2009). La franchise redémarre sous la houlette d'Alan Taylor (Thor: Le Monde des ténèbres) et James Cameron a tranché: «Terminator: Genisys est le vrai Terminator 3». A 67 ans, l'ex-gouverneur Arnold Schwarzenegger rempile dans le rôle qu'il a créé. Mais comment expliquer qu'un robot indestructible prenne un coup de vieux?