The Soft Moon

Fin des années 80, le rock ralentit le tempo, s'entoure de réverbes et de distorsions: cette variante à la fois gazeuse et lourde prend le nom de shoegaze et se démultiplie entre plusieurs groupes – My Bloody Valentine par certains côtés, mais aussi et surtout The Jesus and Mary Chain ou, dans une veine plus austère, Loop. Trente ans plus tard, c'est le moment de la résurgence: A Place to Bury Strangers (les gardiens du temple), The KVB, mais aussi The Soft Moon, qui tissent quelques lignes cold wave dans leur esthétique. Le plus culotté, c'est que tout cela est extrêmement bien balancé: la révérence stylistique ne prend jamais le pas sur l'identité propre du groupe d'Oakland.

Publicité