Trois lieux pour une seule manifestation, la mobilisation simultanée des tableaux de l'artiste le plus exposé au monde avec des trésors venus de partout - à commencer du Prado, à Madrid, où Picasso allait voir et copier les chefs-d'œuvre dans sa jeunesse -, l'entreprise était audacieuse, car, contrairement à ce qui est possible dans la plupart des rétrospectives, un tableau ne pouvait pas en remplacer un autre. Il en manque d'ailleurs au moins deux. L'Autoportrait avec Saskia de Rembrandt qui est resté au Musée de Dresde car ce dernier ne voulait pas céder l'une de ses toiles les plus célèbres. Et les Ménines de Vélasquez, resté au Prado, qui n'a pas été demandé; trop fragile, trop emblématique de l'institution madrilène.

Le budget de l'exposition serait de près de 4,5 millions d'euros, dans lesquels sont inclus les frais de transport et d'emballage (près d'un million), et les assurances (plus de 700000 euros). Ces derniers seraient bien plus élevés si l'Etat n'offrait pas sa propre garantie pour toutes les œuvres conservées dans des lieux publics en France. Le financement est pourtant une difficulté secondaire par rapport à l'obtention des prêts venant des autres institutions internationales et des collectionneurs privés.

Si les prêts payants commencent à se répandre, les grands musées, eux, pratiquent essentiellement le prêt sous réserve de réciprocité. Le Louvre et le Musée Picasso de Paris possèdent des arguments. Il y a quelques mois, ce dernier a rendu possible grâce à son fonds l'une des plus importantes expositions Picasso de l'histoire à la Reina Sofia de Madrid. Et il a déjà promis d'être généreux avec certaines institutions ces prochaines années. Les variations sur les Femmes d'Alger de Delacroix qui sont présentées au Louvre sont pour la plupart en mains privées ou appartiennent à une importante galerie internationale. Les collectionneurs et le marchand n'ont sans doute pas été insensibles à l'exposition de leurs toiles dans l'une des salles les plus prestigieuses du plus grand musée du monde.

Méga-exposition par son contenu, Picasso et les Maîtres promet aussi de battre des records par sa fréquentation, grâce à sa durée (quatre mois) et à des horaires inhabituels en France qui permettent d'espérer quelque 10000 visiteurs par jour, de 10 h du matin à 22 h, et même sept jours sur sept pendant les périodes de vacances.

Picasso et les Maîtres. Galeries nationales du Grand Palais, 75008 Paris. Rens. 00 33 1 44 13 17 17. Réservations. http://www.rmn.fr. Tous les jours sauf le mardi de 10 à 22h, le jeudi jusqu'à 20h. Pendant les vacances scolaires (se renseigner): tous les jours de 9h à 23h y compris le mardi. Jusqu'au 2 février 2009.

Picasso/Manet, Le Déjeuner sur l'herbe. Musée d'Orsay, 75007 Paris. Rens. 00 33 1 40 49 48 14. Tous les jours sauf le lundi de 9h30 à 18h, le jeudi jusqu'à 21h45. Jusqu'au 1er février 2009.

Picasso/Delacroix, Femmes d'Alger. Musée du Louvre, 75001 Paris. Rens. 00 33 1 40 20 53 17. Tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi. Nocturnes mercredi et vendredi jusqu'à 22h. Jusqu'au 2 février 2009.