Partir. Tourner le dos aux discours nationalistes, à la folie d'une guerre intestine. Telle est la tentation d'une génération au mitan des années 1990, quand la Yougoslavie vole en éclats. Cette fable du départ, l'auteur Biljana Srbljanovic la raconte dans La Trilogie de Belgrade. Des hommes, des femmes passent le Réveillon aux quatre coins du monde. Ils croient être heureux, mais Belgrade les rattrape et leurs existences déraillent soudain. A la mise en scène, Véronique Ros de la Grange annonce une farce musicale servie par de bons comédiens, dont Jacques Michel et Doris Ittig.