Etats-Unis

Trois Noirs abattus par la police à Chicago

L'agent a tué par balles une mère de famille et un étudiant, lors d'une intervention pour violence domestique. Lors d'une autre intervention, les policiers ont tué un homme armé. Ces affaires surviennent alors qu'une enquête fédérale est dirigée contre la police de Chicago

Trois Afro-américains ont été tués samedi par la police de Chicago. Un policier a tiré sur un étudiant souffrant apparemment de troubles mentaux et sur une mère de famille. Dans un incident séparé, les forces de l'ordre ont tué un homme armé lors d'une intervention.

Dans un communiqué, la police affirme être intervenue dans un quartier à la suite d'un appel pour violence domestique. A leur arrivée, «les policiers ont été confrontés à une personne agressive et l'un d'eux a dû utiliser son arme, blessant mortellement deux individus. Une femme de 55 ans a été blessée par accident et tuée tragiquement», ajoute la police qui a adressé ses condoléances aux proches de la victime.

Balle perdue à travers une porte

Selon les médias locaux, les victimes sont deux Noirs, une mère de cinq enfants et un étudiant de 19 ans. D'après le «Chicago Tribune», le jeune homme souffrait de troubles mentaux et menaçait son père avec une batte de baseball, un geste à l'origine de l'appel à la police. La mère tuée était leur voisine et le père lui avait demandé d'accueillir les officiers. Elle a été mortellement touchée par une balle tirée à travers une porte.

Dans un incident séparé, les forces de l'ordre ont affirmé avoir tiré sur un homme armé lors d'un «assaut en cours». L'homme, blessé, est décédé à l'hôpital. La police a affirmé qu'une enquête était en cours sur les circonstances de l'affaire.

Enquête fédérale

Ces violences surviennent alors que la police de Chicago fait l'objet d'une enquête fédérale en vertu de la protection des droits civiques. L'investigation porte sur l'usage de la «force létale» et sur le respect de la discipline dans les rangs de la police de la troisième plus grande ville du pays.

Elle a été ouverte suite à la mort, il y a une année, d'un adolescent noir abattu de 16 balles par un policier blanc. De nombreuses manifestations ont eu lieu suite à cette tragédie tandis que se multipliaient les appels à la démission du maire de la ville, Rahm Emanuel, ancien secrétaire général de la Maison Blanche au début du premier mandat de Barack Obama.

Publicité