Ce matin, dans le minibus qui s’ébranle de Lysychansk, emmenant les passagers du train couchettes de Kiev déversés dans cette grande gare du Donbass, les rumeurs fusent. «Tu sais que Zelensky va venir à Stanytsia Louhanska?» demande une babouchka sur la banquette arrière. «Moi je l’aime bien, lui. Il est jeune, et lui au moins il nous comprend…», embraie, enamourée, sa copine octogénaire. La veille, la présidence a annoncé que Volodymyr Zelensky viendrait inaugurer le nouveau pont reconstruit de Stanytsia Louhanska, 13 000 habitants, une localité brisée par la guerre qu’il a érigée comme ville test de la reprise des négociations diplomatiques avec la Russie.

Lire aussi: En Ukraine, la folle campagne du comédien Zelensky