Un Mamco au féminin pluriel

Après Tatiana Trouvé cet été, le musée genevois accueille notamment les films d'Ulla von Brandenburg et les dessins d'Amy O'Neill

Cet été, la visite du Mamco était tout en sensations, grâce aux installations de Tatiana Trouvé. Cet automne, c'est par l'intermédiaire de ses films que le musée nous invite à pénétrer l'univers d'Ulla von Brandenburg. Cette artiste allemande, née en 1974 à Hambourg, installée à Paris, nous emportera plus du côté des images, des histoires. Elle puise dans le XIXe siècle ou plus loin encore dans l'histoire de l'art et des idées pour fabriquer des situations qu'elle estime éternelles, des situations psychologiques, des tableaux vivants, donnés sous des formes théâtrales, performatives ou filmiques. Ici, c'est une véritable rétrospective de ce travail cinématographique qui est proposée puisque l'exposition regroupera les vingt courts-métrages qu'elle a réalisés depuis 2000.

Les autres expositions temporaires seront consacrées à des photographies de Marcia Hafif, dont le Mamco a plusieurs fois montré les peintures, abstraites, voire monochromatiques, à la série de dessins qu'Amy O'Neill a consacrée l'année dernière aux gros camions parfois très excentriques, ou en tout cas toujours impressionnants, qui parcourent les Amériques, et enfin au projet de Sonia Kacem, Prix culturel Manor 2014. La jeune artiste genevoise a l'art de jouer dans les trois dimensions avec les tissus et d'autres matériaux encore.

Un hommage sera aussi rendu dans les murs du Mamco à Claude Rychner, décédé cet été. Cet artiste, poète et archer a fondé en 1969 avec Patrick Lucchini et John Armleder le mouvement Ecart. Enfin, quelques changements sont prévus dans les collections, où l'on verra notamment ressurgir la grotte de Sylvie Fleury.
Publicité