Un temps sur mesure

Comment garder la trace, sinon le simple souvenir, d'un spectacle ou d'une performance, par définition éphémères, qu'il s'agisse de danse, de théâtre, d'art contemporain? A cet «art furtif», l'image, ou la voix, redonnent corps, dans une certaine mesure. Sur ce thème, et dans le cadre du festival Antigel, la Villa Bernasconi accueille des artistes de la scène, qui prolongent leurs propres actions via justement des moyens tels que la photographie, le film ou le dessin. Ces artistes, par extraordinaire, sont des femmes, formées en Espagne dans des écoles d'art ou de danse: Esther Ferrer, La Ribot, Olga de Soto, Olga Mesa. L'exposition aborde enfin la thématique du corps, qui vit et se meut aujourd'hui et maintenant, et dont subsistent des images, demain et pour les années à venir…

Publicité