«En fait, avec cette Veuve joyeuse, nous aimerions donner une grande fête au public, disait Jérôme Savary à propos de l'opérette de Franz Lehár (1870-1948). Qu'on s'amuse vraiment mais qu'en même temps on sente affleurer l'émotion… Qu'on éprouve le moment où les rires se figent un peu, où les cœurs tremblent…» Le metteur en scène français, disparu il y a un an et demi, en mars 2013, va revivre à l'Opéra de Lausanne avec cette Veuve joyeuse chantée en français qui y avait été donnée en décembre 2006. Frédérique Lombart signe cette reprise dans les décors originaux d'Ezio Toffolutti. Le traitement burlesque de Savary est à prendre pour ce qu'il est. Il avait remanié certains dialogues avec quelques allusions à la Suisse (la «Veuve joyeuse» devenant la «Veveyse joyeuse»...). Après avoir été Nadia il y a huit ans, la Neuchâteloise Brigitte Hool campe cette fois-ci le rôle-titre de Missia Palmieri. Le chef français Cyril Diederich dirige à nouveau l'opérette, dont la distribution a été pour l'essentiel renouvelée.